Début du combat : 05/04/2018

One of the largest coastal landfills in France is being washed away into the English Channel.

Located north of Le Havre, in Dollemard, the landfill slowly releases its 400 000 tons of household and industrial waste (the equivalent of 13 000 truck loads).

Waste from this landfill is found all along beaches in Le Havre, Normandy and even Belgium and the UK. In the end, this affects all of us, so we need to act now!

FR

 STOP à l'ancienne décharge côtière de Dollemard - Le Havre.

3 millions de mètres cubes d'ordures ménagères et industrielles menacent la Baie de Seine.
400 000 tonnes de déchets accumulés au pied des falaises par l'agglomération havraise depuis 60 ans.

Aucune municipalité n'a eu le courage de s'attaquer défnitivement au sinistre héritage.
Depuis des années des associations écologistes observent les avalanches récurrentes de plastiques au rythme des intempéries, des grandes marées, des tempêtes et demain de l'inévitable montée des eaux.

Un collectif associatif et citoyen est donc né de cette exaspération.
Nous demandons tous clairement au premier ministre Havrais Edouard Philippe et à sa ville d'éradiquer totalement cette décharge nocive pour les plages et la mer.

En 2050, les 400 000 tonnes de déchets auront disparu dans l'eau !

Qu'attendons-nous pour mettre en oeuvre un véritable Plan d'Action ?

La décharge côtière de Dollemard se trouve à flanc de falaise à deux kilomètres au nord du Havre. Pendant 50 ans, trois millions de mètres cubes de déchets y ont été jetés : d'abord les gravats de la reconstruction de la ville du Havre après la dernière guerre, puis des déchets industriels et des déchets ménagers. En 2000, la décharge a été fermée par des arrêtés mais certaines personnes peu soucieuses de l'environnement l'utilisent toujours. Le site n'a jamais été dépollué.
Ces montagnes de déchets sont fragilisées en permanence par le ruissellement de l'eau de pluie. Les tempêtes provoquent des éboulement et les vagues entraînent les déchets en mer. Chaque année, la décharge produit 30 à 80 mètres cubes de déchets qui polluent notre milieu marin et souillent la baie de Seine et le littoral de la Manche Mer du Nord sur plus de 200 kilomètres.
En vertu de l'article L. 556-3 du code de l'environnement, les anciens exploitants, ou à titre subsidiaire les propriétaires du site, sont responsables de la réhabilitation du site pollué. Malgré cette loi, l’Etat et les Collectivités restent inactives alors que les propriétaires des terrains sont identifiés et que les associations de protection de l'environnement n'ont cessé de sonner l’alarme. Une étude commandée par la ville du Havre en 2011 expose les conséquences néfastes de la décharge et préconise des mesures d'urgence, de suivi, et des solutions. À part un nettoyage symbolique de la plage, aucune des mesures préconisées n'a été mise en oeuvre.
Depuis de nombreuses années, plusieurs associations et acteurs locaux se mobilisent sur ce dossier gênant. Nos associations Ecologie pour le Havre, France Nature Environnement, SeaMer Asso, SOS Mal de Seine et Surfrider Foundation sont finalement parvenus cette année à alerter le public et à sensibiliser les élus sur le scandale de cette décharge.
Reçus le 12 mars 2018 par M. Migraine, adjoint à l'environnement à la Mairie du Havre, nous avons pu exposer nos points de vue et apporter de nombreux arguments justifiant la mise en oeuvre URGENTE de solutions : le curage complet de l'estran et du haut de plage, le traitement des affleurements de déchets en front de mer et enfin l'excavation de l'ensemble des cônes de décharge présents sur le site. Nous avons fortement apprécié la volonté d'agir affichée par la Mairie du Havre qui a pris note de notre démarche constructive.
Un comité de suivi va être mis en place, ce qui nous permettra de continuer à accompagner la Mairie et d'apprécier les moyens techniques et financiers mis en oeuvre dans ce chantier, un chantier d'envergure mais indispensable à la préservation de l'état écologique du milieu marin et de la Manche Est en particulier.

Nous soutenons la Mairie du Havre dans ses recherches de financements et d'accompagne-ment technique. Nous attendons un engagement fort de la part de l'Etat pour financer l'élimination de la plus grosse décharge côtière de France qui se trouve au Havre, ville que notre Premier Ministre connait très bien.

Ce que nous attendons de l'Etat pour l'environnement:

Nous attendons à court terme l'élaboration d'une méthodologie accompagnée d'un échéancier pour la mise en oeuvre efficace des travaux de re-naturalisation du site de Dollemard :
Aussi tôt que possible : l'extraction des déchets sur la plage et sur l'estran.
Avant de nouveaux éboulements : le traitement des principaux affleurements de déchets.
Sans attendre : le lancement d'un appel d'offre pour traiter entièrement les cônes de décharge.

1. Aussi tôt que possible : excavation des déchets sur la plage et sur l'estran.
Depuis des années, des amas de ferraille, de plastique et de joints en caoutchouc sont coincés dans les rochers et dans les galets et disparaissent peu à peu, fragmentés par les vagues : on ne peut plus se contenter de découper les bouts qui dépassent. De même, des amas de plusieurs mètres cubes de polystyrène sont peu à peu emportés par le vent et les vagues : il ne doivent plus être laissés à l'abandon en haut de plage.Nous demandons à ce que ces déchets soient définitivement excavés par une équipe professionnelle disposant de réels moyens techniques.

2. Avant les prochaines tempêtes : traitement des principaux affleurements de déchets.
Quatre affleurements importants de déchets sont visibles en pied de falaise. Le ruissellement de l'eau résurgente et l'assaut des vagues pendant les tempêtes entraînent des éboulements de déchets qui partent en mer, polluent le littoral et le milieu marin. De plus, ces tas de déchets prêts à s'effondrer en mer contiennent des polluants chimiques. Les déchets contenus dans ces affleurements doivent être éliminés de la manière la plus efficace avant que de nouveaux éboulements dévastateurs ne se produisent.

3. Sans attendre : lancement d'un appel d'offre pour le traitement de la décharge.
Les cônes de décharge représentent plus de trois millions de mètres cubes de déchets. Parmi eux : des gravats et de la ferraille, mais aussi des déchets ménagers, des déchets industriels et des polluants chimiques. Le recul de falaise est de l'ordre de 1 m par an et dans 40 ans la totalité de la décharge aura sombré dans les eaux de la Manche : il est aujourd'hui inconcevable de laisser les déchets partir en mer de la sorte. Nous comptons sur les compétences des services de l'Etat pour accompagner la Mairie du Havre dans ses démarches et pour trouver les financement nécessaires. Un appel d'offre qui permettra de réunir les meilleures compétences et les meilleurs moyens techniques disponibles doit être élaboré dans les plus brefs délais.

Nous sommes pleinement conscients de l'ampleur de la tâche et surtout conscients de l'urgente nécessité de réaliser les travaux de re-naturalisation. Nous avons été reçus par la Mairie du Havre début mars 2018, rendez-vous pendant lequel nous avons fortement apprécié la volonté d'agir pour l'environnement affichée par les élus. Nous notons qu'une concertation est en cours avec les services de l'Etat et nous espérons que la Mairie disposera du meilleur budget et des meilleures compétences techniques pour re-naturaliser au plus vite le site de l'ancienne décharge côtière de Dollemard - Le Havre.

Plus d'information et photos: https://www.facebook.com/groups/dechargedollemard/photos/

Le collectif d'associations formé par Association Ecologie Pour Le Havre, FNE Normandie, Sea-Mer Asso, SOS Mal de Seine et Surfrider Foundation Europe

Info general

https://www.facebook.com/groups/dechargedollemard/

Association Ecologie Pour Le Havre : http://eplh.free.fr leroy.carue@free.fr

FNE Normandie : juridique@fnenormandie.fr

Sea-Mer Asso : http://seamer.org contact@seamer.org

SOS Mal de Seine : sosmaldeseine@gmail.com

Surfrider Foundation Europe : antenne76@surfrider.eu

Chronologie des faits

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *